Qu'est-ce qu'ILICO?

Créée en 2015 et inscrite sur la feuille de route nationale des infrastructures de recherche en 2016, ILICO a pour objectif de fédérer les systèmes d’observation en milieux littoral et côtier et ses organismes opérateurs.

Situées à l’interface entre les surfaces continentales et l’océan hauturier, les zones côtières et littorales constituent des environnements dont la dynamique complexe peut évoluer selon des échelles spatio-temporelles variées. Riche écologiquement et économiquement, ces espaces sont soumis à de nombreuses pressions quelles soient anthropiques (liées aux activités et aux usages qui s’y exercent comme la pêche, les activités nautiques, le tourisme, etc.), naturelles (aléas météo-marins tels que les tempêtes, les tsunamis ou les phénomènes naturels d’érosion), ou induit par le changement climatique (élévation du niveau de la mer, augmentation de la fréquence des aléas, etc.).

Au regard des enjeux qui prennent place au sein de ces zones littorales et côtières, la compréhension des processus physiques, biogéochimiques et sédimentaires qui les caractérisent est fondamentale afin de mener efficacement une politique de gestion durable de ces espaces. Nécessitant des outils basés sur des approches numérique et observationnelle, l’observation et le suivi des écosystèmes côtiers et littoraux induisent une coopération pluridisciplinaire et une multiplicité des variables observées afin de comprendre, caractériser, et prévoir leur évolution.

C’est dans ce contexte qu’ILICO a été créée, afin de fédérer les systèmes d’observation existants autour des enjeux liés aux milieux et écosystèmes littoraux et côtiers. Infrastructure de recherche distribuée en raison des sites d’observation localisés sur toutes les côtes du globe, ILICO permet de mettre en réseaux les différents services d’observation spécialisés dans les milieux littoraux et côtiers, en créant un lieu de rencontre et d’échange d’expertise sur des thématiques scientifiques précises (évolution morpho-dynamique sous influences de différents facteurs, évolution locale du niveau marin, etc.). Sa structuration en réseau lui permet également de mutualiser les moyens à l’échelle de l’infrastructure tout entière, au bénéfice de l’ensemble de ces membres sur des problématiques transversales (campagne de mesures in situ, gestion du cycle de la donnée, valorisation des résultats de recherche, etc.), mais également de coordonner des stratégies de recherche sur des thématiques communes.

Les réseaux d’ILICO

Au nombre de huit, les réseaux existants sur lesquels s’appuie ILICO sont appelés « réseaux élémentaires » et contribuent tous, par leur domaine de recherche et d’observation spécifique, à améliorer les connaissances des écosystèmes et des espaces littoraux et côtiers. La qualité des réseaux élémentaires présents au sein de l’IR est assurée via des labellisations attribuées par les « commissions spécialisées » du CNRS-INSU comme « service national d’observation » - SNO. Si ILICO n’a pas vocation à labelliser elle-même les réseaux élémentaires qu’elle fédère, il lui est possible d’accompagner la labellisation de certains systèmes d’observation (cas de COAST-HF et PHYTOBS pour l’année 2017).

COAST-HF, Coastal ocean observing system - High frequency

CORAIL, Service d'observation des récifs coralliens de Polynésie française

DYNALIT, Dynamique du littoral et du trait de côte

MOOSE, Mediterranean ocean observing system for the environment

PHYTOBS, Réseau d'observation du phytoplancton

ReefTemps, Réseau d'observation des eaux côtières dans la région du Pacifique sud, ouest et sud-ouest

SOMLIT, Service d'observation en milieu littoral

SONEL, Système d'observation du niveau des eaux littorales

En savoir plus : Réseaux élémentaires

Missions

Couvrant des domaines scientifiques très différents allant de l’océanographie physique à la géomorphologie littorale en passant par l’hydrologie, la sédimentologie, la météorologie, la biogéochimie ou la biologie marine, ILICO s’articule autour de trois missions principales :

- veiller à ce que les observations réalisées répondent prioritairement aux enjeux sociétaux et aux questions scientifiques qui leur sont associés ;

- fédérer et animer le réseau des systèmes d’observation des milieux littoraux et côtiers dans une optique pluridisciplinaire ;

- être le garant de la pertinence et de la qualité des observations effectuées (identification des redondances, pérennisation des moyens, etc.).

Objectifs scientifiques

Au travers de ces réseaux élémentaires, ILICO permet de répondre à un ensemble de problématiques scientifiques (évaluation de l’impact régional des changements globaux, compréhension du continuum terre/océan, évolution de la biodiversité planctonique, etc.) mais également d’appréhender la différenciation existante entre les effets liés aux causes de longues échelles de temps et d’espace (variation du climat, tectonique des plaques, etc.) des effets liés aux causes plus locales et de courte échelle de temps (facteurs anthropiques, ruptures d’effets de seuil, etc.). Si l’augmentation du nombre de séries temporelles et l’acquisition de nouveaux paramètres favoriseront la compréhension des phénomènes à variabilité rapide (marées, crues, tempêtes, etc.), le maintien des systèmes d’observation et des suivis à long terme au sein d’ILICO a pour objectif de poursuivre l’acquisition des connaissances et la compréhension des processus dans de nombreuses thématiques : évolution et variabilité des courants, des états de mer et de la structure hydrologique des zones littorales et côtières ; échange de matières au sein du continuum terre/mer et ses évolutions morpho-dynamiques dans un contexte de changement global ; évolution de la structure de la chaîne trophique en réponse aux changements de nature et de disponibilité des nutriments, etc.

Historique